Faire de son nom une marque

Après une période de silence dû à mon investissement dans plusieurs projets dont vous entendrez parler très prochainement, je refais enfin surface.

A votre avis, quel pourrait être le point commun entre Alain Afflelou, Michael Jordan, Mickael Vendetta, Ines de la Fressange, Christian Audigier, Donald Trump, Cauet ou Bernard Tapie
A priori pas grand chose, à part le fait qu’a des niveaux différents, et avec plus ou moins de succès, chacun d’entre eux ont fait de leur nom une marque.

Pourquoi c’est intéressant ?

Parce qu’on a tous songé un jour à être connu ou reconnu dans un domaine… et pour la majeure partie d’entre nous, cette idée ne dépassera jamais le stade du simple rève.
Finalement, rare sont ceux qui ont eu l’envie ou le courage de mettre tout en oeuvre pour parvenir à leurs fins.
Concernant les personnes citées précédemment et quoi qu’on puisse penser d’eux, ils ont au moins le mérite d’avoir tenté leur chance et mis tout en oeuvre pour atteindre leur but.

L’art de faire de son nom une marque, plus communément appelé « personal branding » relève de la schizophrénie :
On imagine ce que l’on a envie d’être, ce que l’on veut représenter et l’on crée son personnage en fonction de ça.
Il n’est pas nécessairement impératif de changer de personnalité pour incarner la marque que l’on ambitionne de devenir.
Il faut, en revanche, faire en sorte que sa vie devienne une histoire passionnante qui ne pourra laisser personne indifférent.
Attention, je n’ai pas dis qu’il fallait s’inventer une vie, j’ai parlé de transformer sa vie.
L’objectif étant de susciter l’envie ou simplement la curiosité tout en gardant une part de mystère.

Tout cela étant assez abstrait, je vais vous synthétiser ma méthode de personnal branding en 10 points.

1. Définir ses avantages comparatifs, autrement dit, il n’est pas nécessairement utile d’être le meilleur dans l’activité que vous ciblez, mais en tout cas, il faut que le domaine que vous choisirez soit celui dans lequel vous vous sentiez le plus à l’aise.
Pour ma part, au début de mon parcours, il y avait énormément de choses que j’aimais et dans lesquels je n’étais pas spécialement bon. Mais je me suis très vite rendu compte que j’avais des compétences dans le web. Se focaliser sur une ou deux compétences vous permettra de développer une expertise dans ce domaine. Rechercher la polyvalence serait une erreur qui pourrait beaucoup vous ralentir.

2. Investir sur soi, c’est l’un des seuls investissement qui ne sera jamais perdu.
Les photos de Nicki Minaj, ou de Lady Gaga avant leur célébrité parlent d’elle même. En effet, il est important de soigner sa présentation, son style vestimentaire, choisir le bon pseudo, le bon logo, maîtriser une technique, apprendre une langue, entretenir son physique etc…
Ce qu’il faut retenir, c’est que la marque c’est vous, donc la forme doit être aussi attractive que le fond. Dans ce domaine, l’habit fait le moine croyez moi!

3. Analyser le secteur, beaucoup se disent, je vais faire mon truc à ma sauce… ils ont d’ailleurs raison de vouloir se démarquer, mais l’on ne peut pas jouer sa propre mélodie sans avoir appris le solfège.
Il faut se renseigner sur l’environnement du milieu dans lequel on veut se faire une place, savoir ou sortir, quels sont les pratiques, les gens qui comptent etc…
Il faut apprendre et connaître les règles du jeu avant de vouloir les changer.

4. Définir l’objectif, en évitant de voir trop petit, car les efforts et les moyens à employer sont proportionnelle à vos ambitions.
Autrement dit si l’objectif est de se faire un nom en temps que DJ, mieux vaut avoir l’objectif de dépasser David Guetta plutôt que de prendre la place du DJ du Macumba night de Watrrelos, même si ce dernier gagne très bien sa vie.

5. Bien s’entourer, ou plus précisément : se faire aider par les bonne personnes… car avec toute la bonne volonté et la motivation que l’on peut avoir, on n’a forcement besoin d’être épaulé à un moment donné…
Imaginez une bande de 10 amis n’ayant connu que la pauvreté toute leur vie. Un jour l’un d’entre eux se lève se disant qu’il est destiné à être riche, croyez vous que s’est en s’adressant à ses 9 autres camarades qu’il trouvera l’aide nécessaire pour y parvenir?

6. Préparer sa propre stratégie, en se basant sur les conseils de gens qui ont déjà réussi, tout en gardant à l’esprit que c’est vous, votre personnalité qu’il faut mettre en avant.
Un plan d’action (même succinct) décomposant les étapes de son futur parcours doit toujours être élaboré ne serait ce que pour évaluer sa progression.

7. Agir… Tous les meilleurs conseils du monde ne valent rien s’il ne sont pas mis en pratique,
c’est la raison pour laquelle, il faut passer à l’action rapidement après les étapes précédentes. Il ne faut pas trop se complaire dans la reflexion…. Il faut agir vite et avec audace… Et surtout, surtout, Il ne faut pas minimiser l’incroyable pouvoir de tous les outils qui s’offrent à nous aujourd’hui, en particulier Internet.

8. Recommencer les actions, quand ça marche. Il ne s’agit pas de reproduire exactement la même chose mais garder le principe.
Si vous êtes un humoriste débutant et que vous vous rendez compte après quelques prestations que l’auto-dérision fonctionne très bien avec votre public, pourquoi vous essayeriez vous aux blagues racistes à la prochaine représentation. L’idée est de construire une image, une marque de fabrique.
Est ce que vous auriez vu Michael Youn présenter le 20h après sa période du morning live ou Laurence Ferrari courir à poil avec un mégaphone dans les rues de Paris pour faire la promotion de son journal?
Il y aura toujours des exceptions, mais là aussi croyez moi: si vous commencez à avoir de bon retours sur vos actions, persistez dans ce sens.

9. Analyser l’échec et corriger le tir, quand ça n’a pas marché … mais ne surtout pas abandonner
A contrario, si les actions que vous avez entreprises ne donne rien, il ne faut pas s’entêter mais plutôt essayer de comprendre ce qui a pêché: le timing, la méthode, le lieu ou d’autres facteurs (Il est entendu qu’il faut laisser suffisamment de temps pour que les premiers résultats apparaissent).
Le plus important est de tenir compte de ce ou ces ratés, pour se repositionner.
L’échec (le votre ou celui des autres) est indispensable pour savoir ce qui fonctionne ou pas et surtout pour tester sa motivation.
La capacité à rebondir, c’est ce qui fera la différence sur le long terme.

10. Un fois l’objectif atteint, placer la barre encore plus haut…


J’ai bien conscience qu’il faudra bien plus qu’un article pour traiter de ce sujet c’est pourquoi je prépare une conférence sur le personal branding dans les prochaines semaines.
Toutes les personnes intéressées ou ayant des questions pourront me contacter: contact[a]cedricfiducia.com

Cédric Fiducia