Category Archives for 3/ Web Promotion Expert

L’importance d’une Fan Base

Les gens ne se rendent pas compte de l’importance d’avoir un noyau dur de fans actifs dans les affaires. Et cela est valable quelque soit le secteur d’activite.
Avez vous déjà été sur un forum grand public (neutre) qui traite de cinema, high tech, musique ou jeux vidéo et tenté de critiquer ouvertement Brad pitt, Apple, Lady Gaga, Booba, Mylene Farmer, PES, le PSG, ou encore Free pour rester dans l’actualité? Si ce n’est pas le cas, essayez! C’est assez interessant de voir le lever de bouclier que ça peut declencher.

Autrement dit, lorsque vous critiquez ces personnes ou ces marques là, une riposte spontanée s’organise quasi automatiquement, ces marques ont reussi à transformer de simples sympathisants en fans, voir en fanatics.
Avoir 1000 vrais fans à beaucoup plus de valeur que d’avoir 5000 amis sur Facebook ou 10 000 followers sur Twitter. 1000 vrais fans actifs equivaut à avoir 1000 travailleurs bénévoles au service de votre cause; c’est une armée de mercenaires devoués.

Qu’est ce qu’un « Vrai Fan » ?
Un fan, un vrai, c’est une personne déterminée à agir pour soutenir la cause qu’il défend et de manière inconditionnelle.

Si vous êtes un artiste, imaginez 1000 personnes capables d’acheter chaque produit qui porte votre signature, de vous défendre sur tous les forums où votre nom apparaît, d’assurer votre promotion auprès de leur entourage, de porter vos couleurs quand ils se déplacent…

Si vous êtes à la tête d’une entreprise, imaginez 1000 personnes, capables de se porter volontaires pour effectuer des heures supplémentaires pour terminer un projet, se transformer en commerciaux dès qu’il parlent de leurs entreprises à des tiers, proposer des idées innovantes pour améliorer les performances de la société

Si vous faîtes partie d’une association sportive, imaginez 1000 personnes chantant à l’unisson l’hymne de votre club, capables de vous suivre à leur frais sur chacun de vos déplacements pour vous soutenir… Et tout cela durant plusieurs années consécutives voir plusieurs décennies.

Comment reconnaît on un vrai fan?
Si vous êtes passé devant une boutique Apple Store au lendemain de l’annonce de la mort de Steve Job,
Si vous avez une fois fait la queue pour acheter des places ou assister à un concert de Madonna,
Si vous avez déjà été installé au milieu de la tribune Auteuil ou Boulogne lors d’un match du PSG,
Alors vous devriez comprendre ce à quoi je fais allusion quand je parle de vrai fan. En générale on le reconnait à son niveau d’engagement qui peut parfois apparaître comme une attitude flirtant avec les limites du raisonnable pour des personnes qui ne partagent pas la même passion.
Deux notions essentielles permettent de mesurer cet engagement qui transforme un simple adepte en fan inconditionnel:
Le temps => plus on en consacre à l’objet de sa passion (recherche d’info, écoute en boucle, rédaction de message de soutien…), plus l’engagement est important.
L’effort (physique ou/et financier) => plus l’on doit en fournir vis à vis d’une contrainte extérieur (intempéries, sommeil, prix d’une place de concert, déplacement), plus, là encore, l’engagement est important.

Comment obtenir les meilleurs fans?
Un vrai fan, ça se mérite, partant de là, il faudra toujours donner beaucoup, pour espérer avoir un retour sur investissement.
Encore et toujours la même règle, on ne récolte que ce que l’on sème. Donner de la qualité, la perfection n’existe pas mais il faut que le produit fini que l’on propose reflète un réel investissement car un travail baclé, ça se ressent et le public saura le sanctionner.
Créer une veritable relation, les fans ont besoin de sentir qu’un lien spécial s’est établi entre eux et l’objet de leur passion… c’est ce lien qu’il faut entretenir. Il s’agit par exemple d’envoyer suffisamment de messages à leur intention pour maintenir leur intérêt ou d’utiliser des moyens atypiques pour entrer en contact avec eux.
Soyez transparent, comme dans toute histoire d’amour, le pire sentiment que peut ressentir un fan, c’est la trahison. Ce qui doit rester secret peut le rester, mais attention à ne pas dissimuler ou mentir sur un élément qui constituait l’un des fondements de cet amour.
Donner du rêve, le fan aspire à autre chose, quelque chose qui le sorte de l’ordinaire ou qui lui en donne une perception nouvelle… il n’y a pas de rêve possible lorsqu’on ne fait que suivre la mode ou que l’on est trop conformiste.

Enfin, une fois que l’on a constitué cette base de vrais fans, ce serait presque un crime de ne pas savoir l’utiliser correctement.
Combien de marques, d’artistes ou d’entreprises se vantent d’avoir parmi leur clientele des milliers de vrais fans mais n’en tirent quasiment aucun profit?
Tout l’intérêt d’avoir un nombre consequent de vrais fans reside dans le fait d’avoir une bonne strategie pour tirer le meilleur parti de toute cette force vive.

Ces strategies, nous les aborderons tres prochainement sur ce blog…

TLF – Renaissance

Skyblog: L’effet Fiducia

Puisque que depuis peu j’ai tendance à me confier, je vais revenir sur une période charnière de ma carrière, qui malgré mon jeune âge est déjà bien étoffée.
J’ai introduit dans l’article précédent un phénomène (si je puis le qualifier ainsi) qui à la lecture de ces quelques lignes va vous permettre de percevoir : une époque et un style musical sous un angle nouveau. Le phénomène vous l’aurez deviné au regard du titre de cet article : il s’agit de ce que j’ai appelé l’effet Fiducia. Concernant l’époque, nous ferons un come back dans les années 2006 / 2007 / 2008. Pour ce qui est du style musical, je faisais une nouvelle fois allusion au milieu du Hip Hop Français.
D’ailleurs dès que l’on parle de cette musique, une radio nous viens d’emblée à l’esprit pour de bonnes ou de mauvaises raisons tout dépend de la population.
En tous les cas , SI on vous dit premier sur le Rap ou sur le RnB on pense inévitablement à Skyrock.

Nous sommes en pleine période de fêtes, c’est donc un moment particulièrement propice pour raconter des histoires extraordinaires. C’est donc, l’histoire d’un lycéen fasciné par le Hip Hop et tout ce qui gravitait autour et qui voulait apporter sa propre pierre à l’édifice. Il est important de noter, que l’on parle d’un temps où quelle que soit la qualité du produit, s’il s’agissait de Rap ou de Rnb un seul média était en mesure de donner un accès direct à la cible visée et donc ouvrir une porte vers le succès. Ce Média incontournable s’appelait Skyrock.
Outre la radio, la force de frappe de cette station résidait surtout dans une arme particulièrement puissante : une plateforme web (ancêtre des réseaux sociaux actuels) que certains feront semblant de ne pas connaître et qui répondait au nom hautement symbolique de Skyblog.
A la tête de la radio, un homme: Laurent Bouneau (directeur des programmes).
Il n’est pas jeune, pas issu de cette mouvance musicale, mais a le mérite d’être l’un des premiers à voir dans ce courant une véritable opportunité de positionner sa radio comme pionnière sur un créneau qui avait le vent en poupe mais qui restait encore sous exploité. A cette période, c’était simple, si tu es dans le top des artistes sur Skyblog c’est que les auditeurs de Skyrock t’aiment ou t’aimeront, donc tu entres en playlist ou l’on augmente ta rotation en radio… C’est un peu caricatural mais assez proche de la réalité de l’époque.
Skyblog c’était comme un baromètre pour Laurent Bouneau, si un titre n’obtenait pas suffisamment d’écoute sur sa plateforme il le retirait de sa programmation. C’était la dictature des Skyblog ou comment faire trembler toute une économie (maisons de disques, label indépendant, managers, artistes…) grâce à un classement internet.
Pour le lycéen, débrouillard et, passionné d’informatique que j’étais, c’était devenu évident : si ta carrière dépend du trafic sur ton Skyblog, si je fais en sorte que ton trafic explose, je t’offre la possibilité d’avoir une carrière.
Cette réflexion qui peut paraître basique résume à elle seule l’effet Fiducia.

Partant de ce principe, j’ai créé un robot (le même type que ce que j’ai conçu pour DJ Battle) qui permettait de poster un commentaire sur tous les Skyblog, et de faire un tri en fonction de la cible. Mes premiers clients étaient des Labels indépendants : Karismatik qui produisait Kenza Farah ou Nouvelle donne qui produisait des artistes comme Facteur X ou Kamelancien. Les bureaux du rappeur Youssoupha étaient juste à coté de ceux du label Nouvelle Donne à Montreuil. il préparait un album et venait de signer en major. De mon côté, je voulais faire mes preuves sur un artiste en maison de disque; Résultat: son Skyblog s’est retrouvé directement numéro 1.
Grace à ce tour de force, J’ai fini par récupérer tous les artistes urbain de sa maison de disques: E.M.I, puis ceux des autres majors Warner, Because etc…
Entre temps Kenza Farah avait signé chez Warner… J’avais commencé par promouvoir quelques artistes indépendants sur le web après les cours, pour finir par ouvrir ma société et travailler avec toutes les maisons de disques majeurs du marché. En l’espace de 3 mois, j’étais passé du statut de lycéen à celui d’un chef d’entreprise influençant le marché de la musique urbaine française. A tel point que ça en devenait presque grotesque : certains chefs de projet ou managers, m’appelaient à des heures avancées de la nuit, dans des états avancés de stress (ou autres d’ailleurs) me demandant à tout prix de faire quelque chose pour leur artiste qui n’apparaissait plus dans le top Skyblog. C’était chose faîte le lendemain.

Quand des labels indépendants me contactaient pour lancer des artistes venus de nulle part, les majors elles, avaient oublié toutes leurs théories sur le développement d’un artiste, sur la necessité de lui créer un univers, une Fan Base etc.. Tout ça aux oubliettes et échangé pour une place dans le top 5 Skyblog. Plus mon efficacité sur la plateforme de Skyrock, allait en grandissant, plus elle avait des répercussions directes sur mes revenus (mes tarifs ayant connu une forte inflation en un an), plus la qualité de ce que l’on pouvait entendre sur l’antenne de Skyrock laissait à désirer (pour ça je ne suis pas le seul responsable). Toujours est il que la situation n’était pas tenable, Laurent Bouneau a fini par se rendre compte que le classement des Skyblog n’était ni représentatif des ventes ni des attentes réelles de son public.


Google Trends est un outil issu de Google Labs permettant de connaître la fréquence à laquelle un terme a été tapé dans le moteur de recherche Google.

C’était devenu l’escalade, à plus forte raison le jour où, obnubilé par les resultats, j’ai envoyé un mailing si dense qu’il a généré une coupure de serveur chez Skyrock. Les équipes techniques ont eu vent de mon existence et ont organisé une riposte à l’échelle de mes attaques : ils ont contré mes robots avec des captchas (un captcha est une forme de test de Turing permettant de différencier de manière automatisée un utilisateur humain d’un ordinateur), et ils ont même bloqué l’adresse ip de mon bureau et de chez moi.
Ça a marqué la fin d’une époque, pour moi évidemment mais paradoxalement pour eux aussi. Une fois mes activités autour de leur plateforme stoppées, le trafic global des Skyblog officiel s’est effrité. En 2011 Skyrock blog (oui ils ont changé de nom entre temps) en comparaison des chiffres passés, ne représente plus grand chose.

Bonne année à tous!